GEMAPI

La Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations – communément appelée GEMAPI – est une compétence que la Communauté de communes Bretagne romantique exerce en collaboration avec les quatre bassins versants de son territoire. Son objectif ? Allier préservation des milieux aquatiques et prévention des inondations.

La compétence GEMAPI au service des milieux aquatiques

Les milieux aquatiques sont à la fois

  •  des zones naturelles d’écoulement des eaux
  •  des réservoirs de biodiversité

Sur la Bretagne romantique, on recense

  •  600 km de cours d’eau : Linon, Molène, Meuleuc, Guyout, Donac…
  •  4000 ha de zones humides : prairies humides, tourbières …

Leur intérêt biologique, écologique et climatique, les zones humides stockent du CO2, nécessite une protection spéciale !

La GEMAPI, compétence pour la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations, organise les actions à mettre en œuvre pour conserver la fonctionnalité de ces milieux.

Un travail en partenariat avec les syndicats de bassins versants

Les actions de préservation

sont exercées en partenariat avec 4 syndicats de bassins versants répartis sur le territoire de la Bretagne romantique

  •  Le syndicat du Linon,
  •  Le bassin côtier de Dol de Bretagne,
  •  Le bassin côtier du Couesnon Aval et Ille
  •  Le bassin côtier d’Illet

Les actions mises en œuvre

  • répondent aux objectifs européens visant au bon état écologique de l’eau
  • sont définies de façon concertée, avec l’Agence de l’eau qui donne les grandes orientations en matière de gestion de l’eau et les acteurs locaux qui ont une connaissance plus fine de leur territoire et de leurs enjeux : communes, syndicats de bassins versants, Commissions Locales de l’Eau.

 

Quelles actions pour préserver les milieux aquatiques ?

Concrètement, les opérations menées sont multiples sur les cours d’eau, les zones inondables, les zones humides… :

Ralentissement du débit des cours d’eau en recréant des méandres

Maintien ou restauration du lit naturel du cours d’eau : les hommes ont en effet pu par le passé rendre les cours d’eau trop « droits » pour accélérer la course de l’eau

Respect des zones humides comme des espaces permettant d’accueillir les débordements de cours d’eau mais également hébergeant une biodiversité reconnue : oiseaux migrateurs, faune et flore spécifiques, orchidées…

Etude sur la qualité des cours d’eau par recherche des petites bêtes y habitant…

et de multiples autres actions concrètes de préservation, entretien et mise en valeur de ces espaces d’une richesse et d’un intérêt insoupçonnés !

Partager :